« (...) [ces] personnages de la scène médiatico-politique qui (...) miment la figure et le rôle de l'intellectuel (...) ils ne peuvent donner le change qu'au prix d'une présence constante dans le champ journalistique (...) et y importent des pratiques qui, en d’autres univers, auraient pour nom corruption, concussion, malversation, trafic d’influence, concurrence déloyale, collusion, entente illicite ou abus de confiance et dont le plus typique est ce qu’on appelle en français le "renvoi d’ascenseur" ». Pierre Bourdieu, « Et pourtant », Liber n°25, décembre 1995.

vendredi 24 octobre 2014

« quand un patron de PME meurt, c’est un patrimoine qui brûle »

... nous apprend Olivier Torres dans un article titré " La santé des dirigeants, sujet capital ou marginal ? " et mis en ligne par Le Monde le 23 octobre 2014.

Extraits :

peut-on dire que la santé des dirigeants est une affaire marginale ? Non si l’on accepte de sortir du cadre très médiatisé des très grands groupes pour aborder cette fois-ci le cas des PME et TPE souvent ignorées des médias mais pesant pour plus de la moitié du PIB.

Le capital santé du dirigeant est le principal actif immatériel d’une PME. Plus la taille de l’entreprise est petite, plus le lien de proximité entre la santé du dirigeant et la santé de l’entreprise est fort au point de rendre l’entreprise totalement dépendante de la bonne santé de son dirigeant.

En paraphrasant Amadou Hampâté Bâ, « quand un patron de PME meurt, c’est un patrimoine qui brûle ». Plus l’entreprise est petite, plus la santé du dirigeant prend une importance considérable
.


D'après Le Monde Olivier Torres est " président d’Amarok, observatoire de la santé des dirigeants de PME, professeur à l’université et à Montpellier Business School et titulaire de la chaire santé des entrepreneurs (LABEX Entreprendre) " .

Longue vie à Olivier Torres !

" La Plaine-sur-Mer (44). Séminaire grand luxe pour Pôle emploi "

Article de Kate Stent mis en ligne sur le site d'Ouest France ce vendredi 24 octobre 2014 :




jeudi 23 octobre 2014

Le Figaro, le seul média à parler des inégalités sociales, des inégalités de genre et du racisme social ?

Ce 23 octobre 2014 Le Figaro met en ligne un article de Paul de Coustin titré " Le chômage a touché 58% des jeunes entrés sur le marché de l’emploi en 2010 " .

Extraits :

" Une enquête d’insertion professionnelle menée en 2013 par le Cereq montre que seuls 59% des emplois de la «génération 2010» sont des CDI et que le diplôme est toujours un atout sur le marché du travail.
« La jeunesse n’est qu’un mot ». En citant Pierre Bourdieu dès l’ouverture de la présentation de la dernière étude d’insertion professionnelle du Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq), qu’il dirige, Alberto Lopez annonce clairement les disparités de situation constatées.
Premier constat, la précarité des emplois trouvés par ces jeunes. Ainsi, seuls 59% des emplois occupés par les jeunes 3 ans après leur entrée sur le marché du travail sont des emplois à durée indéterminée (CDI ou fonctionnaires). Les jeunes, et plus particulièrement les moins diplômés, pâtissent fortement des effets de la crise. Il apparaît clairement que les inégalités professionnelles persistent selon le genre, les origines socio-professionnelles voire géographique à l’entrée au début de la vie active.
(...) 58% des jeunes de la « génération 2010 » ont connu le chômage depuis la fin de leurs études. Parmi eux, 28% des jeune sans diplômes ont connu une période de plus de 2 ans.
« L’effet du diplôme est toujours aussi manifeste » veut rassurer le Céreq. (...) Ainsi, 40 % des jeunes qui sont entrés sur le marché du travail sans diplômes en 2010 sont en situation de chômage ou d’inactivité durable, soit deux fois plus que les jeunes diplômés de CAP-BEP. Au contraire, les diplômés de l’enseignement supérieur, sans être épargnés, sont moins de 5 % à rester aux marges de l’emploi au cours des trois ans. (...)
Selon l’étude du Céreq, l’origine sociale
« pèse toujours sur le devenir professionnel » des jeunes. Ceux issus d’une famille de cadres ont des trajectoires nettement plus avantageuses: 71 % d’entre eux ont accédé rapidement et durablement à l’emploi, contre 55 % des jeunes issus d’une famille d’ouvriers ou d’employés et contre 51 % pour les jeunes issus de l’immigration. Trois ans après son entrée sur le marché du travail, un enfant de cadre a quatre fois plus de chances d’être cadre à son tour qu’un enfant d’ouvrier. Surtout, on observe des inégalités d’accès à un poste de cadre à diplôme égal. A bac+5 ou plus, 72% des jeunes dont les deux parents sont cadres sont devenu cadres eux-mêmes. Ce taux tombe à 60% pour les individus de niveau équivalent dont les parents sont ouvriers ou employés.(...) Pour ce qui est des jeunes qui résidaient en zone urbaine sensible (ZUS) à la fin de leurs études, trois ans après leur sortie, leur taux de chômage est de 34 %, soit 12 points de plus que celui des autres jeunes de la génération 2010. Là encore, les difficultés d’insertion renvoient en bonne partie, mais en partie seulement, aux faibles niveaux de diplôme.
(...) à diplôme égal, les femmes ont un taux de chômage plus élevé, mais surtout, leur salaire est inférieur à tous les niveaux! Les différences de salaires les plus marquées s’observent à des niveaux peu diplômés (20% de différence sans aucun diplôme et 14% à un niveau CAP/BEP) mais également après des études supérieures (13% à bac+3/4 et 15% à bac+5). Enfin, les femmes subissent plus que les hommes le temps partiel contraint et sont moins souvent embauchées en emploi à durée indéterminée. (...) "


" Action pour 496 morts du BTP en 3 ans "

Vu sur le site du Figaro ce 23 octobre 2014 :



mercredi 22 octobre 2014

Thierry Mandon, un astrologue au gouvernement.

Le 22 octobre 2014 le site du Monde met en ligne un article de Françoise Fressoz consacré à la prestation de Thierry Mandon, secrétaire d'Etat chargé de la fonction publique, dans " l'émission Questions d'info sur LCP en partenariat avec Le Monde,  France info et l'AFP " .

Extrait inter-sidéral :

Bouygues est à la pointe du progrès social.

En témoigne cette dépêche de l'agence Reuters :