« (...) [ces] personnages de la scène médiatico-politique qui (...) miment la figure et le rôle de l'intellectuel (...) ils ne peuvent donner le change qu'au prix d'une présence constante dans le champ journalistique (...) et y importent des pratiques qui, en d’autres univers, auraient pour nom corruption, concussion, malversation, trafic d’influence, concurrence déloyale, collusion, entente illicite ou abus de confiance et dont le plus typique est ce qu’on appelle en français le "renvoi d’ascenseur" ». Pierre Bourdieu, « Et pourtant », Liber n°25, décembre 1995.

lundi 3 novembre 2014

" Bercy s'aligne sur les intérêts du monde bancaire "

Ce 3 novembre 2014 le site de La Tribune publie un article d'Ivan Best titré " Sapin milite pour une taxation a minima des transactions financières " .

Extraits :

" Alors que l'Allemagne défend une assiette large pour la future taxe sur les transactions financières, Michel Sapin défend une taxation minimaliste. Seules les actions seraient concernées. Un alignement pur et simple sur les positions du monde bancaire. Les ministres changent, pas les positionnements: Pierre Moscovici défendait une taxation a minima des transactions financières en Europe -11 pays s'engagent en ce sens, dans le cadre d'une coopération renforcée, une première en matière fiscale -; Michel Sapin le suit. Dans un point de vue publié ce jour par Les Echos, le ministre des Finances et des comptes publics [affirme] (...)  " un accord qui permette de taxer efficacement les transactions sans faire fuir l'activité financière en dehors de nos pays. Faute de quoi, nous perdrions sur les deux tableaux : la taxe ne rapporterait rien et l'activité financière se délocaliserait. C'est tout l'enjeu des discussions que nous mènerons vendredi. "
(...) Michel Sapin entend jouer la prudence, évoquant le risque de faire fuir l'activité.
" Le ministre français des Finances défend une taxe à l'assiette très étroite, comme vidée de sa substance " souligne Alexandre Naulot, chargé de mission de l'ONG Oxfam.
 Alors qu'Angela Merkel défend une taxation large des transactions financières, incluant les produits dérivés échangés via les banques, Bercy cherche par tous les moyens à rétrécir le champ de cette taxe. Pas question d'inclure le produits dérivés, ni les obligations... resteraient simplement les actions. Et encore, seules-celles cotées en Bourse.
Bercy s'aligne sur les intérêts du monde bancaire
 D'où vient une telle divergence?
" En Allemagne, l'instauration d'une véritable taxe a fait l'objet d'un accord politique, c'était une demande du SPD qui a été acceptée par Angela Merkel, et qui est donc défende aujourd'hui " souligne Alexandre Naulot. "En revanche, en France, Bercy s'est aligné sur les positions du monde bancaire. L'argumentaire du ministère ressemble à un copié-collé de celui d'Europlace, l'association de promotion de la place financière de Paris. "


Aucun commentaire:

Publier un commentaire